Cosmétiques et pollution : comment consommer responsable ?

Longtemps considérés comme inoffensifs, les produits cosmétiques possèdent pourtant un impact sérieux sur l’environnement. Ils sont en effet polluants et causent des dégâts importants à la planète. À une ère où la protection de l’environnement est devenue une priorité, il revient à chaque être humain de réduire le plus possible son empreinte écologique. Voici un ensemble d’idées et d’attitudes à adopter pour consommer responsable en matière de cosmétiques.

Cosmétiques : ce qu’il faut savoir


D’après l’article 5131-1 du code de santé publique, on entend par produit cosmétique, toute substance ou mélange destiné à être mis en contact avec les diverses parties superficielles du corps humain, notamment l’épiderme, les systèmes pileux et capillaire, les ongles, les lèvres et les organes génitaux externes, ou avec les dents et les muqueuses buccales, en vue, exclusivement ou principalement :

  • De les nettoyer ;
  • De les parfumer ;                                         
  • D’en modifier l’aspect ;
  • De les protéger ;
  • De les maintenir en bon état ;
  • Ou de corriger les odeurs corporelles.

Impacts des produits cosmétiques sur l’environnement


Les produits cosmétiques ont un effet polluant sur l’environnement. Cet effet se retrouve à tous les niveaux du processus de leur fabrication. Tous les produits cosmétiques non biologiques sont concernés, y compris les déodorants contenant du sel d’aluminium. Ces derniers en particulier peuvent se révéler dangereux lorsqu’ils contiennent des sels d’aluminium. C’est pour cette raison qu’il est fortement recommandé d’opter pour les déodorants qui ne les incluent pas dans leur composition. Pour en savoir davantage, vous pouvez voir cet article sur les déodorants.

Les matières premières


Les matières premières représentent la base de tout produit cosmétique. Ce sont des ingrédients dont l’obtention repose sur des procédés nuisibles à la planète. Tel est notamment le cas des huiles fortement utilisées pour la fabrication des produits cosmétiques. On retrouve généralement trois types d’huiles :

  • Les huiles minérales (Paraffinum, Petrolatum…) : elles proviennent d’hydrocarbures issus de l’industrie pétrochimique et qui sont connues pour leur caractère polluant ;
  • Les huiles synthétiques : elles se révèlent très peu biodégradables et perdurent dans l’environnement ;
  • Les huiles végétales : c’est le type d’huile le plus naturel des trois, mais seulement si elle est obtenue à la suite d’un mode de culture biologique n’ayant pas nécessité l’utilisation de grandes quantités de pesticides ou d’engrais.

La plupart de ces substances qui entrent dans la fabrication des produits cosmétiques polluent l’environnement. Cette pollution se traduit par une atteinte portée à la faune et à la flore, la perturbation des milieux aquatiques ou par la pollution directe de l’air dans les cas d’émission de composés organiques volatils (butane, propane…).

Le processus de fabrication

En dehors des matières premières dont le caractère polluant ne fait l’objet d’aucun doute, il est important de savoir que le procédé de fabrication des produits cosmétiques se révèle également polluant. En effet, pour aboutir à certains produits cosmétiques, les industries recourent à des procédés chimiques qui ne sont pas sans impacts nocifs sur l’environnement. Il s’agit notamment de techniques comme la chimie de chlore, l’irradiation ou l’éthoxylation (technique utilisée pour obtenir des tensioactifs, des agents moussants présents dans les gels de douche ou les shampoings).

Le packaging

Avant d’être distribuables sur le marché, tous les produits cosmétiques sont mis en emballage par les fabricants. Il faut dans un premier temps l’emballage primaire, c’est-à-dire le contenant même du produit. Il peut s’agir d’un tube, d’un flacon, d’un pot, un stick ou un boitier. Ensuite, un emballage secondaire est utilisé : étui carton, film plastique et bien d’autres formes d’emballage. À ce niveau également, les matières premières utilisées ou les emballages eux-mêmes polluent fortement l’environnement. Ces derniers sont pour la plupart du temps en plastique non biodégradable et une bonne partie d’eux une fois utilisée se retrouve dans la nature.

Consommer responsable : les attitudes à adopter


Pour limiter la pollution de l’environnement par les produits cosmétiques et ainsi préserver ce dernier, il est nécessaire d’adopter un certain nombre d’attitudes.

Éviter certains ingrédients cosmétiques

Certains ingrédients fortement utilisés par les industries de produits cosmétiques peuvent se révéler nocifs aussi bien pour l’environnement que pour la santé des consommateurs. En consommateur responsable, évitez d’utiliser les produits qui contiennent les ingrédients que voici.

Les microbilles

La plupart des produits exfoliants disponibles dans les rayons cosmétiques contiennent des microbilles (minuscules boules de plastique). Au moment d’acheter vos produits, évitez de porter votre choix sur ceux qui en contiennent. Ces microbilles parviennent en effet à passer au travers des traitements des eaux usées pour finir dans les cours d’eau. Ces derniers se retrouvent ainsi pollués.

Les Alkylphénols

Les Alkylphénols sont présents dans plusieurs produits, dont les cosmétiques, les détergents, les produits de nettoyage ou industriels. Ils sont particulièrement polluants et possèdent de graves effets sur la faune et la flore aquatiques.

Le dioxyde de titane

Le dioxyde de titane est un additif chimique utilisé pour blanchir et pigmenter. Il est présent dans plusieurs crèmes solaires, dans les produits cosmétiques et dentifrices. À l’échelle nanoscopique, cet additif peut nuire à la santé humaine : atteinte au cerveau, inflammation pulmonaire et bien d’autres maux.

Les huiles et cires de silicone 


Ce sont des substances entièrement synthétiques, provenant du silicium et renfermant des atomes d’oxygène. Elles se révèlent nocives pour l’environnement.

Collaborer avec les compagnies de recyclage


Dans l’optique de participer à la réduction de la pollution de l’environnement, de nombreuses structures se sont spécialisées dans le recyclage des déchets cosmétiques. Certaines de ces structures mettent sur pied des programmes qui consistent à gratifier en nature les consommateurs qui leur ramènent les pots de produits cosmétiques vides. L’objectif de cette méthode est d’inciter les consommateurs à prendre la peine d’envoyer les pots vides aux structures de recyclage.

Si vous désirez contribuer à la sauvegarde de l’environnement et ainsi devenir un consommateur responsable, évitez de jeter vos emballages de produits en pleine nature. Envoyez-les plutôt aux organismes de recyclage.

Faire attention aux étiquettes

La présence de certains logos ou étiquettes sur les produits cosmétiques est un indicatif de leur caractère bio. Lesdites étiquettes traduisent la conformité des produits à un label écologique national ou international. Vous retrouverez des logos comme « Ecologo », « Ecocert », « Ecotechnologie » ou « Biodégradable ». Ces labels permettent de reconnaitre :

  • Les marques de produits cosmétiques qui privilégient les matières premières écologiques : celles-ci respectent l’environnement et proviennent de ressources renouvelables comme les plantes et les fleurs. Elles sont en grande partie bio et se dégradent aisément. Les ingrédients naturels présentent également l’avantage de nourrir, d’hydrater, de nettoyer et d’apaiser la peau ;
  • Les marques qui utilisent des procédés de fabrication respectueux de l’environnement : ces dernières adoptent des procédés physiques qui transforment les ingrédients de façon douce. Les procédés chimiques ajoutés se révèlent simples, peu polluants, moins dangereux et très peu consommateurs d’énergie ;
  • Les marques qui apportent des plus-values : des emballages recyclables et donc protecteurs de la nature.

Bien que n’étant pas une garantie à 100% du caractère biologique des produits, ces diverses certifications attestent que les produits labélisés sont respectueux de l’environnement. Pour cela, préférez les produits cosmétiques qui portent ce type de logo.

Cependant, il importe de rester vigilant. Certaines marques de produits cosmétiques se servent de ces étiquettes à des fins purement marketing.

Adopter des réflexes bio


Parce qu’ils ne connaissent pas exactement ce qui convient à leur peau, de nombreux consommateurs de produits cosmétiques s’adonnent à l’achat de plusieurs marques de produits. Ils se retrouvent en fin de compte avec plusieurs flacons et bouteilles inutiles dans leurs armoires. Même dans le cas de produits cosmétiques labélisés, cette façon de procéder n’est pas respectueuse de l’environnement. En effet, tous les tubes et flacons de produits non utilisés ou à peine touchés finiront dans la nature. L’environnement se retrouve ainsi pollué avec des bouteilles en plastique généralement non biodégradable.  

Pour éviter cela, la meilleure idée à mettre en œuvre est de mieux se renseigner sur un produit avant d’effectuer son achat. Vous pouvez par exemple demander conseil auprès d’un spécialiste de produits cosmétiques. Ce dernier saura vous aider à trouver le produit le plus adapté pour votre peau.

Utiliser des produits naturels


Les produits cosmétiques ne constituent pas les seules solutions qui permettent d’entretenir son corps. Il existe des produits totalement naturels qui peuvent pleinement remplacer les produits cosmétiques. Ainsi, vous pouvez par exemple utiliser une eau florale comme tonique pour le visage ou une huile végétale pour vous démaquiller. Aussi, en lieu et place d’une crème hydratante pour le corps, vous pouvez opter pour l’huile d’amande douce. En plus de prendre soin de votre peau, ces alternatives naturelles vous permettent d’économiser plusieurs dizaines d’euros.

 

 

Auteur du message: Etienne

Etienne
Très porté sur l'environnement et sur l'écologie, je souhaite sensibiliser les plus sceptiques à travers mes articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *