Le lombricompostage : une solution pour réduire ses déchets en appartement

Les déchets sont souvent source de pollution tant en ville qu’en campagne. Pourtant, avec une bonne technique, on pourrait en tirer des bénéfices. C’est notamment le cas avec le lombricompostage. Il s’agit d’une technique qui permet d’obtenir des matières organiques riches en minéraux essentiels pouvant mieux fertiliser le sol du jardin. Pour ce faire, on se sert d’un lombricomposteur ; on place ensuite les déchets et des vers pour obtenir un fertilisant riche en humus. Cette option est même faisable dans les appartements pour non seulement réduire vos déchets, mais aussi obtenir un fertilisant pour vos petites plantes sur la terrasse.

Qu’est-ce que le lombricompostage ?

Le lombricompostage ou le vermicompostage est une méthode qui permet d’obtenir un fertilisant exclusif produit par des vers ou des lombrics.

Ce fertilisant peut ensuite être utilisé pour fertiliser le potager, les plantes ou le gazon. En appartement, il est essentiel pour assurer le développement de vos pots de fleurs et plantes sur votre balcon, terrasse ou patio. Réduire ses déchets avec un lombricomposteur est désormais possible grâce à cette technique moderne et innovante. Au moins maintenant, vos déchets en appartement serviront pour une bonne cause.

Le lombricompostage tient compte de nombreux types de déchets :

  • épluchures des fruits & légumes ;
  • coquilles d’œufs ;
  • marc de café ;
  • poussières de l’aspirateur ;
  • cheveux ;
  • carton ;
  • végétaux et tout autre objet recyclable.

Les déchets à éviter pour obtenir un bon lombricompost sont les déchets non dégradables et trop acides comme les protéines animales, l’oignon, l’ail et les agrumes. Pour obtenir un lombricompost utile en appartement, le lombricomposteur se constitue de quatre plateaux superposables qui contiennent respectivement :

  • les déchets frais ;
  • les déchets en phase de digestion des vers lombrics ;
  • les déchets transformés, mais sous forme solide ;
  • le lombrithé, un engrais liquide, produit final des vers.

Étant donné que le lombricomposteur ne dégage aucune odeur désagréable, vous pouvez très bien l’installer dans votre jardin, sur votre balcon ou même à l’intérieur de votre appartement.

Histoire du lombricompostage

Dans les années 1900, aux États-Unis, un médecin du nom de George Sheffield Oliver se passionna pour les vers de terre et voulut entreprendre leur élevage en vue d’obtenir du vermicompost. Ses activités intéressent de plus en plus de monde avec une demande très affluente en peu de temps. Dans les années 1930, la crise s’abattant sur le pays l’oblige à divulguer ses recherches. Il décida alors d’exposer son livre intitulé «Friends earthworm: pratical application of a lifetime study of habits of the most important animal in the world» au grand jour. Dans ce livre, il explique les bénéfices qu’on peut tirer de l’usage des vers de terre dans la fabrication d’un compostage riche en humus. Il incita alors à la production à grande échelle du lombricompost.

Lombricompostage ou lombriculture ?

Le lombricompostage présente une méthode similaire à la lombriculture. Toutefois, d’un point de vue concret, ces deux techniques sont quelque peu différentes.

Le lombricompostage utilise les vers et les micro-organismes pour transformer des déchets organiques en particules organiques riches en humus et de bonne qualité pouvant servir à l’amendement du sol.

Ces vers dégradent les déchets, puis les recyclent pour donner une sorte d’engrais vert.

Le lombricompostage consiste donc à profiter de la présence des vers dans les déchets pour obtenir quelque chose d’utile. La lombriculture par contre a pour objectif de réellement cultiver des vers en vue d’une production massive pour faire l’objet d’une revente. Bien évidemment, dans cet axe, les vers utilisés pour le lombricompostage peuvent provenir de la lombriculture. Quels vers peut-on utiliser à cet effet ?

Les types de vers nécessaires pour le lombricompostage

Malheureusement, toute espèce de vers ne pourrait pas vous servir à obtenir du lombricompost étant donné que chaque espèce occupe des fonctions différentes dans la nature. On trouve généralement les vers de compost au niveau des 20 premiers centimètres à partir de la surface du sol. Les vers de terre de leur côté se trouvent dans une zone plus profonde. Les lombrics les plus utilisés pour le lombricompostage en appartement sont :

  • l’Eisenia Andrei ou ver rouge de Californie ;
  • l’Eisenia fetida ou ver de fumier ;
  • l’Eisenia hortensis ou Dendrobaena Veneta.

En seulement 24 heures, ces lombrics sont capables de consommer des déchets équivalents à leurs poids.

Leur cycle de reproduction est aussi très rapide pour coloniser rapidement votre lombricomposteur en peu de temps. Bien évidemment, pour être efficace, il faudra fournir un nombre suffisant de vers. Ceux-ci sont favorables à un environnement humide, bien ventilé et sombre avec une température entre 5 et 30 °C. Si ces conditions sont réunies, ils peuvent vivre jusqu’à 4 ans pour vous assurer une production de vermicompost pendant tout ce temps.

Les avantages du lombricompostage en appartement

L’utilisation d’un lombricomposteur en appartement vous permet de bénéficier de nombreux avantages, notamment :

  • une utilisation possible pendant toute l’année et sans odeur ;
  • un engrais liquide et solide de haute qualité, plus intéressant que le compost ;
  • des interventions minimales ;
  • un travail rapide, simple en vue de réduire vos déchets de moitié.

Une utilisation possible pendant toute l’année sans odeur

À la différence du compostage, le lombricompostage peut se faire pendant toute l’année.

Qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il fasse chaud, les lombrics peuvent toujours travailler pour vous procurer un engrais riche en humus. La technique est sans odeur pour s’adapter facilement à l’environnement de vie dans votre appartement ou maison.

Cette absence d’odeur désagréable est surtout due aux enzymes présentes dans les intestins des vers qui suppriment l’odeur de la décomposition. Ces vers se déplacent en permanence dans le lombricomposteur pour apporter assez d’oxygène et ainsi d’aération. Ces mouvements empêchent aussi le développement d’autres bactéries nocives au procédé de transformation. La seule odeur qu’on pourra ressentir provenant du lombricomposteur est la senteur d’humus bien riche en particules essentielles pour le sol.

Un engrais liquide et solide plus riche en humus que le compost

L’utilisation du lombricomposteur permet d’obtenir deux types de d’engrais : un engrais liquide et un engrais solide.

En moyenne, cet appareil vous permet de récolter 10 litres d’engrais liquides pour un an pour une personne.

Pour une famille de 4 à 6 personnes, on peut donc espérer entre 40 et 60 litres d’engrais liquides par an, un chiffre bien intéressant pour faire fleurir ses plantes sur le balcon ou dans le jardin. Ce liquide est riche en nutriments essentiels, notamment :

  • le phosphore ;
  • le potassium ;
  • le calcium ;
  • le sodium ;
  • le magnésium ;
  • le fer ;
  • le zinc ;
  • le manganèse ;
  • le cuivre ;
  • l’aluminium…

Vous n’aurez donc pas besoin de composer le liquide obtenu du vermicompostage avec des produits chimiques nocifs pour le sol. L’engrais solide qu’on obtient de ce procédé est aussi plus intéressant que le compost, étant donné qu’il provient directement de la digestion des vers. Cet engrais peut enrichir la terre beaucoup plus vite que le compost sans provoquer de détérioration. C’est un amendement riche, pouvant directement être assimilé par les plantes sans brûler les racines et les jeunes pousses. Bien évidemment, vous pouvez encore le mélanger avec des particules terreuses ou l’utiliser brut.

Une intervention minimale

Le compostage nécessite une intervention humaine pour favoriser la dégradation des déchets par brasage, remuage et exposition de ses contenants à l’effet de l’oxygène. Les micro-organismes peuvent alors mieux se déplacer pour assurer la transformation des déchets en humus. Dans un appartement, ce genre de technique peut être très encombrant ; il serait plus intéressant d’utiliser des méthodes plus simples et plus pratiques.

Avec un lombricomposteur, les choses deviennent plus simples sans nécessairement impliquer votre intervention. Les vers travaillent pour vous à toute heure sans besoin ni d’arrosage ni de retournement. Il vous suffit d’ouvrir le couvercle du dispositif, d’y placer les déchets, et les vers feront tout le travail. La récolte est aussi beaucoup plus simplifiée. 

Une transformation à froid pour des résultats parfaits

Le compostage doit passer par une phase thermophile pour accentuer la fabrication de l’humus. Le lombricompostage par contre se passe à froid pour vous procurer des résultats parfaits. En effet, la température interne d’un lombricomposteur d’appartement ne dépasse pas la température ambiante pour garder une certaine stabilité thermique et éviter les montées de chaleur importantes. De plus, les lombrics ne produisent pas de méthane et sont donc moins nocifs pour le sol.

Un procédé plus simple et plus rapide en vue de réduire vos déchets de moitié

Le lombricompostage est un procédé très rapide avec des vers qui mangent vos déchets 24 h/24.

En une journée, ils peuvent déjà digérer une quantité de déchet similaire à leur poids. Par rapport au compostage traditionnel, cette technique est beaucoup plus rapide, et vous ne serez pas obligé d’attendre 6 à 12 mois avant d’obtenir les premiers produits riches en humus. Les lombrics se reproduisent rapidement pour assurer une transformation des résidus encore plus rapide.

Le lombricompostage est non seulement une méthode rapide, mais aussi très simple à utiliser. Un robinet placé sur le lombricomposteur vous permet de collecter facilement l’engrais liquide produit. Le plateau en dessus de ce robinet récolte le lombricompost solide pour une utilisation plus facile et plus rapide. Vous pourriez ainsi préserver l’environnement par recyclage des déchets par vos propres moyens au quotidien, sans devoir passer par des usines traitant les déchets.

Fabriquer un lombricomposteur d’appartement, comment faire ?

Il n’est pas toujours facile de comprendre la fabrication et l’utilisation d’un lombricomposteur, surtout si l’on vient à peine de le connaitre. Comment alors fabriquer et utiliser un tel appareil ? Voici quelques informations nécessaires à connaitre : 

  • les compostières ;
  • la taille du vermicomposteur ;
  • les trous dans le vermicomposteur ;
  • la litière du vermicomposteur.

Les compostières

Un lombricomposteur se compose de 3 ou 4 compostières qu’on superpose pour former une unité stable.

A priori, le bac situé en dessous de l’ensemble collecte le jus de combricompost et celui situé au-dessus de tous accueille les déchets. On peut également utiliser un vermicomposteur se constituant d’une litière et d’un compost, mais il conviendrait de séparer ces deux parties par un grillage.

Les compostières peuvent être soit en plastique, soit en bois non traité. Vous pourriez utiliser d’autres matières. Toutefois, ces deux types de matières sont les plus préconisés étant donné qu’ils ne provoquent aucune action toxique ou destructrice pour les vers. Et pour éviter que la lumière ou l’instruction des insectes ne viennent déranger le processus de décompostage, il conviendrait de refermer le lombricomposteur avec un couvercle hermétique.

Vous pouvez également ajouter une compostière à panier à l’ensemble, un panier fait en treillis de fil qui servira à faciliter le retrait du lombricompost.

La taille du lombricomposteur

A priori, 500 g de vers aura besoin de 10 cm² de superficie pour vivre correctement et pour bien digérer vos déchets.

Aussi, chaque bac du lombricomposteur devra avoir entre 20 et 30 cm de hauteur pour que tous les déchets soient traités convenablement. Pour le cas d’un couple, 500 g de vers peuvent suffire. Par contre, pour un foyer de 4 à 6 personnes, il faudrait se procurer de 1,5 kg de vers.

Les trous du lombricomposteur

Chaque bac du lombricomposteur devra absolument présenter des entailles sur son fond, à l’exception du dernier bac qui accueillera le jus du lombricompost. Ces trous devront être entre 6 à 8 mm de diamètre pour permettre aux vers de passer d’un bac à un autre. Ces trous sont aussi essentiels pour laisser écouler le jus.

On pourrait aussi percer des trous sur les parois des bacs pour favoriser l’aération. Toutefois, ces trous latéraux ne devront pas être trop grands au risque de laisser les vers s’échapper.

La litière du lombricomposteur

Le lombricomposteur devra impérativement contenir une litière dans le fond du premier bac. Celle-ci comprend 5 cm de déchets recyclables verts mélangés à du carton, des papiers journaux humidifiés, du compost mûr ou encore de la fibre de coco. Une fois cette litière en place, il ne vous reste plus qu’à placer vos vers dessus et les recouvrir d’une légère quantité de déchets provenant de la cuisine :

  • épluchures de fruits ;
  • thé ;
  • marc de café… 

Évitez les déchets trop acides ou difficiles à recycler comme l’oignon, les feuilles de poireau et les agrumes.

Après avoir fini de digérer ces déchets pendant 2 à 3 semaines, les vers voudront migrer dans le second bac situé au-dessous de la première. Vous pouvez à cet instant placer d’autres déchets dans le premier bac et les interchanger. Toutefois, avant cette opération, soyez sûr que tous les vers ont déjà migré dans le second bac.

Après trois mois d’utilisation du lombricomposteur, vous pouvez récolter votre lombricompost en intervertissant les bacs. Les vers migreront vers le second bac, et il ne vous reste plus qu’à vider la première compostière.

Les autres utilisations du lombricompostage

À part le fait de servir à réduire les déchets en appartement, le lombricompostage se pratique aussi pour d’autres usages, notamment le traitement des eaux usées et la production du café. En effet, les vers Eisenia peuvent épurer les eaux usées en proposant une méthode moderne de filtration. Ils digèrent les matières sales pour assurer une lombrifiltration. Toutefois, ce nouvel usage des lombrics n’a encore été testé qu’à petite échelle.

Certains producteurs de café utilisent également les vers Eisenia pour le recyclage des pulpes des caféiers. Ces vers dégradent la pulpe pour produire du lombricompost qui sera utilisé dans la fertilisation des cultures.

Auteur du message: Etienne

Etienne
Très porté sur l'environnement et sur l'écologie, je souhaite sensibiliser les plus sceptiques à travers mes articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *