Quel est l’impact de l’industrie laitière sur l’environnement ?

L’industrie laitière consiste à pratiquer de l’élevage de vaches à grande échelle dans le seul et unique but d’utiliser leur lait pour la production d’aliments. Il existe de nombreux produits différents qui proviennent du lait extrait dans les fermes laitières. La plupart de ces produits deviennent des aliments destinés à la consommation humaine. Mais, beaucoup de gens ont une fausse image de ce qu’est réellement l’industrie laitière et de ce à quoi ressemble une ferme laitière. La réalité dépasse bien souvent la fiction. Et cette réalité n’est pas celle que l’on entrevoit au détour d’une publicité à la télé où la vache laitière court toute contente dans la prairie ondoyante. Pour les vaches laitières, la vérité est très différente de ce que le dessin animé sur votre carton de lait pourrait suggérer autrement. C’est une industrie qui est très souvent décriée à cause de ses nombreux impacts néfastes sur l’environnement. Mais, quels sont les effets de l’industrie laitière sur l’environnement ? 

L’impact de l’intensification laitière sur l’environnement

Les impacts environnementaux de la production laitière peuvent varier considérablement en fonction des pratiques de gestion agricole. La dépendance accrue des systèmes laitiers intensifs sur les intrants peut exacerber certains effets environnementaux négatifs. Les impacts environnementaux des systèmes laitiers couramment étudiés comprennent : les émissions de gaz à effet de serre, la pollution des sols et de l’eau, la perte de la biodiversité et la mise en danger de la santé de la faune.

L’émission de gaz à effet de serre

La production laitière donne lieu à l’émission de trois (3) types de gaz à effet de serre. Il s’agit entre autres de :

  • Le dioxyde de carbone (CO2, via la consommation d’énergie et le changement d’affectation des terres) ;
  • Le protoxyde d’azote (N2O, provenant de la production d’aliments pour animaux et des excréments) ;
  • Le méthane (CH4, entérique et du fumier).

Le processus d’intensification peut augmenter certaines émissions tout en réduisant d’autres. À ce titre, les résultats sont mitigés quant à la façon dont l’intensification affecte largement les émissions de gaz à effet de serre. Certaines études suggèrent qu’une production laitière plus intensive et consolidée peut réduire les émissions globales de GES. D’un autre côté, certains soutiennent que par rapport aux systèmes basés sur le pâturage (qui peuvent stocker et séquestrer le carbone dans les prairies dans certains contextes), les exploitations laitières plus intensives génèrent des émissions indirectes de carbone plus élevées en raison de leur plus grande dépendance à l’égard des aliments importés. D’autres encore constatent que lorsque la production d’aliments pour animaux est envisagée, les systèmes intensifs utilisent globalement moins de terres et, en tant que tel, sont impliqués dans moins de rejets de CO2.

La pollution des sols et de l’eau

Vous le savez certainement déjà, la production laitière intensive entraîne une pollution des sols et de l’eau. Les engrais synthétiques (en particulier l’azote et le phosphore) sont utilisés pour produire des aliments pour animaux (généralement le maïs, le soja et l’orge) et des suppléments. L’utilisation accrue d’engrais (organiques et inorganiques), l’utilisation d’eau et les problèmes d’élimination du fumier des grandes exploitations peuvent entraîner des concentrations élevées d’azote, de phosphore et de déchets d’animaux. Si elles ne sont pas gérées de manière adéquate, elles peuvent polluer le sol, les systèmes fluviaux, endommager les écosystèmes et diminuer la qualité de l’eau douce. Il ne s’agit là que de quelques effets néfastes parmi tant d’autres !

La perte de la biodiversité et la mise en danger de l’écosystème

La production laitière intensive a un impact direct sur la biodiversité et la santé de l’écosystème (par le biais de changements d’utilisation des terres à la ferme) et indirect (par le biais des processus de production d’aliments pour animaux et de la conversion des terres hors ferme). Leur dépendance à l’égard des pâturages mono culturels et l’utilisation élevée d’engrais signifient que les systèmes laitiers intensifs présentent des risques pour la biodiversité et la stabilité des écosystèmes dans les prairies traditionnellement riches en biodiversité. L’homogénéité des prairies peut diminuer la diversité et la richesse des différentes espèces. Par exemple, des études réalisées en France montrent que les populations aviaires sont moins diversifiées plus près d’une production animale intense. Des recherches en Italie indiquent également une diminution de la richesse en espèces de papillons avec des transitions vers des systèmes laitiers plus intensifs. Les systèmes laitiers basés sur le pâturage ont un coût d’opportunité dans la mesure où plus de terres consacrées aux pâturages signifie moins de terres globales qui pourraient être mises de côté pour la conservation de la nature.

L’impact de l’intensification laitière sur le bien-être animal

Les discussions sur le bien-être animal commencent généralement par une hypothèse éthique souvent non formulée selon laquelle il est moralement acceptable pour les humains d’utiliser des animaux tant qu’ils garantissent que ces derniers sont exempts de stress physique et mental, et capables de ressentir des sentiments positifs. En revanche, les mouvements de défense des droits des animaux considèrent que toute utilisation d’animaux est moralement répréhensible et plaident pour le développement d’alternatives laitières.

Il est possible d’avoir un bien-être animal élevé et faible dans tous les systèmes de production, y compris dans ceux définis comme extensifs, biologiques ou intensifs. Cependant, dans les opérations d’alimentation confinée très intensives, il existe sans doute des limites à la qualité du bien-être. L’intensification rapide dans le secteur laitier peut avoir des répercussions considérables sur l’animal et son bien-être physique et mental, en particulier dans les pays à revenu élevé où des mesures visant à améliorer la productivité ne livrent que des gains modérés, souvent au détriment du bien-être des animaux.

Dans les exploitations intensives, les vaches manquent souvent de liberté pour adopter des comportements naturels de pâturage, de reproduction et de socialisation. Elle vivent plutôt dans des régimes de logement qui limitent les mouvements et qui exigent qu’elles restent sur des sols en béton pendant de longues périodes. Il a été démontré que les systèmes laitiers intensifs ont une prévalence plus élevée de boiterie et d’autres maladies encore plus graves. L’élevage des vaches pour une productivité plus élevée exacerbe également le stress physique et émotionnel des animaux, diminuant ainsi leur bien-être. De plus, les faibles niveaux d’interaction entre les vaches et les éleveurs qui sont courants dans les exploitations intensives peuvent augmenter le risque que les problèmes de bien-être animal passent inaperçus, ce qui est vraiment regrettable. Mais, d’un autre côté, les grandes exploitations peuvent avoir un meilleur accès aux soins vétérinaires spécialisés. Les stratégies de gestion qui visent à optimiser la productivité du lait peuvent avoir un impact négatif sur les cycles de vie des animaux. Par exemple, dans les exploitations intensives, les vaches sont à nouveau inséminées artificiellement peu de temps après avoir donné naissance à un veau, puis abattues après seulement quelques périodes de gestation-lactation.

L’impact de l’intensification laitière sur la santé humaine

Les liens entre l’intensification laitière et la santé humaine sont compliqués et contestés. La santé est plus que l’absence de maladie et a longtemps été définie comme la capacité à atteindre des états de bien-être physique, mental et social. En façonnant ce que les gens mangent, la dynamique culturelle, économique, politique et environnementale des systèmes alimentaires a une influence majeure sur la santé de la population : environ 2 milliards de personnes à travers le monde ont des carences nutritionnelles et 2 milliards sont en surpoids. Parallèlement, les liens entre la santé et l’alimentation sont de plus en plus répandus dans la recherche scientifique et les politiques publiques. Les systèmes laitiers intensifs peuvent présenter des risques directs pour la santé humaine en raison de la pollution aiguë et chronique du sol, de l’air et de l’eau. C’est pourquoi la filière laitière fait l’objet de réglementations plus ou moins strictes, afin d’assurer la qualité des produits issus des éleveurs et des laiteries. Le lait provenant des fermes est systématiquement analysé par des laboratoires reconnus et certifiés par le Ministère de l’Agriculture. C’est le but d’Infolabo ! Infolabo est un logiciel permettant aux producteurs et aux laiteries de recevoir en temps réel les résultats des analyses des échantillons de lait effectuées par les laboratoires interprofessionnels. L’intensification laitière peut également avoir des impacts indirects sur la santé humaine. La surabondance de produits laitiers à bas prix peut réduire la diversité alimentaire et conduire à une augmentation des maladies cardiovasculaires. 

En résumé, l’industie laitière a des effets néfastes aussi bien sur la santé humaine que sur l’environnement et le bien-être des animaux eux-mêmes. Il convient à cet effet d’adopter des politiques responsables pour le bien de tous !

Auteur du message: Etienne

Etienne
Très porté sur l'environnement et sur l'écologie, je souhaite sensibiliser les plus sceptiques à travers mes articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *