Quelles sont les mesures alternatives contre les protections hygiéniques jetables ?

Chaque mois, de la puberté à la ménopause, les femmes font face aux menstruations qui désignent un processus normal et naturel de perte de sang par les voies génitales. Les protections hygiéniques jetables ont été conçues pour leur faciliter ces moments qui paraissent gênants pour certaines. Mais, ces différents types de protections hygiéniques (serviettes hygiéniques jetables, tampons, coupelles menstruelles, etc.) si proches de l’intimité féminine participent après usage à la pollution de l’environnement et sont très coûteux. Il existe aujourd’hui des solutions alternatives et éco-responsables tout aussi pratiques, saines et moins chères. Cet article vous expose un résumé des différents types de protections hygiéniques qui existent sur le marché, les raisons qui motivent leur abandon et les nouvelles solutions alternatives pour réduire les inconvénients de ces protections jetables sur l’environnement.

Quels sont les différents types de protections périodiques jetables ?

Il existe sur le marché plusieurs types de protections périodiques jetables :

Les tampons

Les tampons constituent le mode de protection périodique le plus porté. C’est un petit cylindre jetable conçu avec des matières absorbantes comprimées que l’on introduit dans le vagin avec ou sans applicateur. Qu’il soit biologique ou non, le tampon absorbe le flux menstruel. Il existe sur le marché, diverses tailles de tampons accordées en fonction de l’abondance du flux. Cette protection hygiénique est généralement appréciée comme la plus commode, car elle est pratiquement invisible.

Les serviettes hygiéniques

Les serviettes hygiéniques sont conçues pour absorber les flux menstruels, mais elles peuvent également être utilisées après une intervention chirurgicale ou à la suite d’un accouchement (serviettes spéciales appelées couches de maternité). C’est la protection qui convient aux adolescentes qui ne sont pas encore très à l’aise avec leur corps. Il suffit de la coller sur sa culotte et de l’enlever dès qu’elle est pleine. Ce qui témoigne de sa commodité contrairement aux protections internes (tampon, CUP ou éponge menstruelle, etc.). Les serviettes hygiéniques sont disponibles partout : supermarchés, magasins de proximité, épiceries, pharmacies, etc.

Pourquoi faut-il éviter les protections hygiéniques jetables ?

Les serviettes et tampons hygiéniques jetables sont des produits très proches de l’intimité féminine, mais qui causent d’énormes problèmes environnementaux et sanitaires. Voici quelques raisons qui justifient leur abandon au profit des protections éco-responsables.

 Une composition douteuse

Fichier:Vlozka0711.JPGLes emballages des protections féminines ne renseignent pas ou très peu sur la composition des produits de fabrication. Pourtant, chaque femme les porte au plus près de son corps tout le temps que durent les règles dans la vie d’une femme. Bien que les fabricants respectent la réglementation en vigueur, certains choix de matériaux de composition pourraient être plus écologiques. Toutes les marques habituelles utilisent plus ou moins les mêmes matières dans les différentes parties des tampons et des serviettes qui sont fabriqués à partir du bois, du coton, du pétrole et de l’eau. On constate ainsi que les composants des protections féminines sont pour la majorité des matières synthétiques ou plastiques (rayonne, polyéthylène, polyester, polypropylène) et du coton. Certaines protections peuvent renfermer des traces de substances toxiques, des résidus de pesticides, de dioxines, de dérivés halogénés, de phtalates. Ces polluants repérés sont appréciés comme cancérigènes probables, perturbateurs endocriniens ou toxiques pour la reproduction.                            

Pour contribuer à la réduction de ses déchets

Durant toute sa vie avant la ménopause, une femme consommera de grandes quantités de protections féminines. Chaque femme jette environ 10 000 tampons ou serviettes dans sa vie et les quantités de déchets générées sont donc énormes. La conséquence des produits jetables est élevée, car à cause de leur usage unique et de courte durée (de 4 à 8 heures) il faudra en produire beaucoup qui seront ensuite jetés sous forme de déchets. Les protections féminines finissent donc dans les toilettes ou en dépôt de déchets sauvages contribuant ainsi à la pollution du sol et des eaux.

Pour épargner de l’argent

Les produits de protections hygiéniques féminines sont coûteux. En fonction des marques, le montant d’un tampon varie entre 8-16 cent pièces. Ce qui fait qu’une femme déboursera dans sa vie entre 1500 et 2000 euros pour l’achat des protections féminines. Alors qu’en préférant une protection réutilisable comme la CUP, l’éponge, etc., elle pourra économiser jusqu’à 45 euros par an.

Quelles sont les nouvelles solutions éco-responsables existantes sur le marché ?

De nos jours, il existe plusieurs alternatives aux protections hygiéniques jetables, respectueuses de la santé des femmes et de l’environnement.

La coupe menstruelle

La coupe menstruelle correspond à un petit entonnoir souple en silicone ou en caoutchouc latex. Contrairement aux serviettes hygiéniques qui absorbent le flux sanguin, la coupe est insérée dans le vagin et elle collecte le sang pendant les menstrues. La coupe menstruelle connaît de plus en plus d’adeptes depuis quelques années et doit être changée toutes les 4 à 6 heures, pour être vidée et lavée à l’eau. Il est recommandé de la stériliser au moins une fois par mois dans une casserole d’eau bouillante. Elle représente une mesure alternative beaucoup plus écologique que les protections traditionnelles. La coupe menstruelle reste réutilisable et possède une durée de vie de 10 ans en moyenne. Elle ne renferme pas également de substances chimiques, à l’inverse des serviettes et tampons jetables. Elle constitue donc une alternative plus saine pour la santé et est plus économique. Elle est disponible le plus souvent en pharmacie, dans les magasins de produits biologiques et dans certaines grandes surfaces. Elle est aussi facilement trouvable sur internet à travers les boutiques en ligne.

Les serviettes hygiéniques lavables

Les serviettes hygiéniques lavables constituent une alternative qui répète le concept des serviettes hygiéniques classiques, à la différence qu’elles sont lessivables et donc réutilisables. Ces serviettes sont confectionnées avec des matières naturelles, le plus souvent réalisées en coton biologique ou en chanvre. Elles ne contiennent donc pas de substances chimiques ou parfum ajouté. Ces serviettes restent lavables à la main et en machine à température faible et elles possèdent une durée de vie allant de 5 à 10 ans. Les serviettes hygiéniques lavables ne génèrent aucun déchet puisqu’elles sont aussi recyclables lorsqu’elles parviennent à la fin de leur durée de vie.

L’éponge menstruelle

L’éponge menstruelle constitue aussi une alternative aux tampons jetables. C’est une éponge qui provient de la mer, donc naturelle, et qui peut être introduite dans le vagin pour absorber le sang. Elle est très douce au contact et donc confortable lors de l’utilisation. Quand bien même elle est réutilisable, sa durée de vie ne dépasse pas 6 à 12 mois. Dès que l’éponge commence à se déchirer, elle doit être remplacée.

La culotte menstruelle

La culotte menstruelle désigne la protection périodique qui ressemble le plus à la serviette lavable. C’est une culotte, lavable et réutilisable, habituellement conçue à partir du coton et contenant des couches absorbantes et imperméables qui vont collecter le sang menstruel. Elle se garde 12 heures maximum suivant le flux de la femme et ne présente aucun risque de fuite. La culotte menstruelle comme les culottes Sisters Republic possède une durée de vie de 5 à 7 ans en moyenne, en fonction de l’usage que l’on en a effectué. Les culottes menstruelles sont fabriquées à partir d’un tissu absorbant en bambou et elles ne contiennent aucune substance nocive pour la santé. Après utilisation, il est conseillé de retirer la culotte et de la passer sous l’eau froide ou tiède pour la rincer jusqu’à ce que l’eau devienne claire. Ensuite, vous pourrez la laver à la main ou la passer à la machine à 30 °C avec tous vos autres sous-vêtements. Elle sera de nouveau prête pour une nouvelle utilisation. Toutefois, il faut éviter le passage au sèche-linge ou sur le radiateur, car la chaleur risquerait de détériorer la culotte et de diminuer sa capacité d’absorption. Les culottes menstruelles comme les culottes Sisters Republic sont disponibles en plusieurs modèles :

  • La culotte classique ;
  • Le shorty ;
  • Le string.

Ces différents modèles vous permettent de garder vos habitudes en matière de sous-vêtements tout en restant protégée, mais des précautions doivent être prises pour le string. La culotte menstruelle possède aussi plusieurs avantages :

  • Elle demeure exceptionnellement fine ;
  • Elle est habituellement constituée de tissus sans produits chimiques ;
  • Elle assure une protection optimale sans odeurs ni sensations d’humidité ;
  • Elle peut être utilisée pendant vos séances de sport et aussi pour les saignements post-partum et les incontinences légères.

Pour finir, il faut retenir que les culottes menstruelles ou culottes de menstruations sont faciles d’entretien, saines, délicates, éco-responsables, adaptées et confortables.

Auteur du message: Etienne

Etienne
Très porté sur l'environnement et sur l'écologie, je souhaite sensibiliser les plus sceptiques à travers mes articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *