Solutions écologiques : quelle est la meilleure pompe à chaleur ?

Les enjeux écologiques de notre époque ne sont plus à démontrer. La consommation d’énergie en hausse nuit grandement à l’environnement. La pollution de l’atmosphère qui en résulte crée un terrain favorable au réchauffement climatique, et toutes les conséquences désastreuses sur les végétaux et les espèces animales s’en suivent, avec des espèces en voie d’extinction et des feux de forêt. L’urgence est à l’adoption de solutions énergétiques qui sont plus écologiques.

Dans les ménages, le chauffage constitue l’une des plus grandes sources de consommation d’énergie ; le chauffage classique pouvant consommer à lui seul plus de 60 % de la consommation totale. Mais, une pompe à chaleur consomme près de 40 % moins qu’un chauffage classique. Elle fonctionne également à base d’énergies renouvelables et se positionne comme une solution écologique.

Une pompe à chaleur, qu’est-ce que c’est ?

Une pompe à chaleur est une installation thermodynamique qui transmet la chaleur dans un milieu après l’avoir au préalable captée dans un autre. Son fonctionnement est basé sur l’air, l’eau et le sol, qui sont des énergies renouvelables d’où elle tire les calories nécessaires. Elle intervient non seulement pour réchauffer notre logement, mais elle permet aussi de chauffer l’eau sanitaire, suivant les modèles.

C’est un dispositif qui peut remplacer la chaudière ordinaire qui fonctionne à base de gaz ou de fioul. Il y a aussi des modèles hybrides où l’utilisation de la pompe à chaleur est couplée avec la chaudière. Pour espérer faire le bon choix d’une pompe à chaleur, il est important de bien se renseigner. A défaut, on peut facilement se tromper quant à l’adéquation entre son besoin réel et le choix effectué. Une pompe à chaleur se compose de quatre parties essentielles :

  • Un évaporateur ;
  • Un compresseur ;
  • Un condensateur ;
  • Un détendeur.

Fonctionnement d’une pompe à chaleur

Une pompe à chaleur, pour transmettre la chaleur dans un milieu, effectue tout un circuit à travers ces parties qui la composent. La chaleur est captée à l’extérieur dans l’eau, l’air ou le sol à l’aide de capteurs de l’évaporateur. Cette chaleur et transmise au fluide frigorigène, qui est normalement en état liquide. À la réception de la chaleur, ce fluide change d’état et devient une vapeur. Le compresseur intervient ensuite pour aspirer cette vapeur et la compresser avant de la transmettre ensuite sous haute pression au condenseur.

C’est à partir du condenseur que la chaleur sera redistribuée dans l’habitation grâce aux émetteurs. La vapeur quant à elle reprend une forme liquide ; ceci est favorisé par l’action du détendeur qui va diminuer sa température. Le liquide repart pour l’évaporateur, et le circuit reprend. Il faut toutefois noter que le fonctionnement d’une pompe à chaleur nécessite de l’énergie électrique, mais la consommation est réduite.

Les différents types de pompes à chaleur

On distingue différents types de pompes à chaleur. En fonction de la source d’énergie utilisée, on peut distinguer généralement trois grands groupes : aérothermique, hydrothermique et géothermique. Chacun comporte ses particularités.

  • La pompe à chaleur aérothermique

Elle fonctionne à base d’air. On parle de pompe à chaleur air-air. Elle est qualifiée également de pompe à chaleur réversible. En effet, elle peut distribuer dans le logement de la chaleur, tout comme de la fraîcheur. Elle peut donc bien servir en été. Toutefois, elle ne permet pas de réchauffer l’eau sanitaire. Elle est reconnue pour sa facilité d’installation et son prix relativement plus abordable.

On distingue également le modèle de pompe à chaleur air-eau qui fonctionne sur le même principe, sauf qu’il se sert de l’eau pour produire la chaleur à distribuer dans l’habitation. Elle donne droit à une prime d’énergie et permet d’avoir l’eau chaude sanitaire. Elle est toutefois plus chère que le premier modèle.

  • La pompe à chaleur hydrothermique

C’est une pompe à chaleur eau-eau. Elle tire donc son énergie de l’eau. C’est la nappe phréatique qui constitue sa source. C’est un dispositif assez onéreux. Il requiert en effet l’installation de forages. Toutefois, il est le plus efficace en matière de rendement et est peu encombrant. La pompe à chaleur eau-eau peut aussi aider en été pour apporter de la fraîcheur dans l’habitation. Le jardin de la maison peut même profiter de l’eau pompée pour son arrosage.

  • La pompe à chaleur géothermique

Ce type de pompe à chaleur va tirer son énergie du sol. L’installation d’une pompe à chaleur géothermique est un peu compliquée en raison des capteurs à installer dans le sol. Ces capteurs peuvent être horizontaux ou verticaux. Une autorisation pour les installations est d’ailleurs nécessaire. Elle est également assez onéreuse, mais elle a l’avantage d’être efficace, qu’importe les saisons de l’année, ce qui n’est pas le cas de toutes les pompes à chaleur.

Pourquoi la pompe à chaleur est-elle une solution écologique ?

La pompe à chaleur est considérée comme une réelle solution écologique. En la matière, il convient d’évoquer le COP, coefficient de performance. Pour le fonctionnement de la pompe à chaleur, l’énergie électrique est nécessaire. En faisant le rapport entre l’énergie thermique qu’on retire et l’énergie électrique consommée, on obtient le coefficient de performance. Quand on sait qu’une pompe à chaleur consomme généralement 1 kWh pour 3 à 5 kWh restitués, on évalue déjà son coefficient de performance le plus faible à 3.

Une pompe à chaleur tire son énergie d’énergies renouvelables (l’air, l’eau et le sol), ce qui constitue un avantage écologique de plus. Or, une chaudière ordinaire fonctionne à l’aide de fioul ou de gaz. Ces énergies appelées énergies fossiles sont plus nocives en matière de pollution. Opter pour une pompe à chaleur est donc un meilleur choix pour l’environnement.

Une pompe à chaleur a besoin d’énergie électrique pour fonctionner. Ce qui entraîne une émission de CO2. Sur ce plan, comparativement à une chaudière ordinaire, une pompe à chaleur émet jusqu’à près de trois fois moins de CO2. Il est clair que la pompe à chaleur représente une meilleure option de chauffage en matière de préservation de l’environnement.

La meilleure pompe à chaleur

Pour déterminer la meilleure pompe à chaleur ou plutôt la pompe à chaleur qui conviendrait à chacun, plusieurs critères peuvent être pris en compte. On peut citer notamment le coefficient de performance, le rendement, l’accès à l’eau chaude sanitaire ou à l’air frais, le dimensionnement ou le type d’habitation, neuve ou en rénovation.

  • Le coefficient de performance

Un coefficient de performance élevé traduit une faible consommation en énergie électrique. Cela est un critère intéressant qui permet déjà de faire une sélection entre les pompes à chaleur et choisir celle qui fera le moins augmenter votre facture d’électricité. 1 COP est bon quand il est déjà égal à 3, ou plus.

  • Prix Vs Rendement

La pompe à chaleur hydrothermique, eau-eau est très efficace en termes de rendement. Il en est de même pour la pompe à chaleur géothermique qui est efficace, qu’importe la saison de l’année. Toutefois, les deux dispositifs sont assez onéreux. Le budget peut être un obstacle à l’acquisition de ces modèles.

  • L’accès à l’eau chaude sanitaire/l’air frais

Tous les modèles de pompes à chaleur ne chauffent pas l’eau sanitaire. Et tous ne sont pas réversibles non plus, c’est-à-dire ne donnent pas accès à l’air frais. Ce sont deux critères qui peuvent être relativement importants ou non, selon les cas.

  • Quel dimensionnement ?

Etudier la puissance nécessaire pour couvrir votre logement est indispensable dans le choix de la pompe à chaleur. C’est une analyse qui va prendre en compte l’isolation de votre logement ainsi que son volume. Elle est effectuée normalement par un spécialiste qui pourra définir la puissance qu’il vous faut.

  • Pour une maison neuve ou en rénovation ?

Pour des travaux de rénovation, le choix de la pompe à chaleur ne sera pas le même que dans le cas d’une nouvelle construction. Les pompes à chaleur aérothermiques sont plus adaptées pour des rénovations, ce qui n’est pas le cas des pompes géothermiques.

Un avenir prometteur ?

Nous devons opter chacun pour sa part pour des dispositifs écologiques qui sont disponibles, pour encourager la recherche dans ce domaine. L’avenir de la planète ne repose pas seulement entre les mains des décideurs politiques, mais surtout entre les mains des ménages qui prennent chaque jour des décisions pour ou contre la préservation de l’environnement.

Si l’utilisation des pompes à chaleur est de plus en plus en vogue, cette technologie a encore du chemin à faire. Les recherches se poursuivent, et des pompes à chaleur encore plus intéressantes voient le jour. C’est le cas par exemple des pompes à chaleur alimentées à l’aide de l’énergie solaire. Parvenir à utiliser également des fluides moins polluants est aussi à la page, car le fluide frigorigène utilisé dans les pompes à chaleur peut entraîner un effet de serre en cas de lacunes dans l’entretien.

Au final, l’avenir semble prometteur. Le marché est encore ouvert. La décision revient aux consommateurs qui doivent faire le choix d’une pompe à chaleur ou non. Et la part des autorités n’en est pas moins réduite. Des mesures encourageantes comme la prime d’énergie, le crédit impôt, etc. sont déjà existantes. Cet accompagnement doit être renforcé pour inciter encore plus les ménages à sauter le pas.

Auteur du message: Etienne

Etienne
Très porté sur l'environnement et sur l'écologie, je souhaite sensibiliser les plus sceptiques à travers mes articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *