Utilisation optimale des ressources en eau : quelles sont les principales actions à mener ?

Une des ressources naturelles nécessaires pour la survie de l’être humain sur la terre est l’eau. On ne peut absolument pas se passer de l’eau dans notre vie de tous les jours. Nous en utilisons de différentes manières, toutefois notre gestion de cette précieuse ressource n’est pas toujours la bonne. En face d’une démographie grandissante, impliquant naturellement des besoins en eau grandissants, on comprend aisément la nécessité de revoir l’utilisation qu’on fait de l’eau. La rareté de l’eau potable dans certaines régions du monde devrait nous pousser aussi à repenser notre manière de gérer cette ressource naturelle qui nous est si indispensable. Aussi, le changement climatique est un facteur qui vient renforcer l’urgence de l’intervention en matière de bonne gestion de l’eau. Des actions sérieuses doivent donc être entreprises en vue d’une utilisation optimale des ressources en eau.

L’utilisation de l’eau

L’homme a besoin d’eau pour différentes tâches. La première utilisation que nous pouvons tous deviner sans hésiter est la consommation domestique. L’être humain a besoin de boire pour vivre. Il ne peut survivre au-delà de quelques jours sans eau. À part la consommation à titre de boisson, on peut également compter les différents besoins domestiques comme le ménage, la cuisine, la douche, etc. L’utilisation de l’eau à des fins domestiques ne représente pas toutefois la grande proportion en termes d’utilisation de l’eau. On voit arriver en tête de la liste l’agriculture dont la consommation serait estimée à près de 75 %. Vient également ensuite l’industrie qui consomme une proportion non négligeable qui avoisine les 20 %. Si la consommation domestique, l’agriculture et l’industrie, constituent les grands utilisateurs de l’eau, les actions à mener pour une utilisation optimale de l’eau devraient commencer à cibler ces trois axes. Les réalités ne sont pas les mêmes, dans l’agriculture comme dans l’industrie. Le consommateur qui utilise l’eau pour se désaltérer et pour ses besoins domestiques n’aura pas les mêmes actions à mettre en place pour une utilisation optimale de l’eau que dans l’agriculture ou l’industrie pour la dureté de l’eau.

Pourquoi une utilisation optimale de l’eau ?

Plus la population mondiale augmente, et plus les besoins en eau s’en vont grandissant. Et parce que nous savons que la croissance démographique est une réalité dans le monde aujourd’hui, il est important de prendre des mesures pour éviter que dans le futur, les populations se retrouvent en pénurie d’eau. Cette pénurie est déjà le lot de certaines populations qui n’ont pas accès à l’eau potable alors que l’eau est presque gaspillée dans d’autres régions du pays. L’utilisation optimale de l’eau s’impose donc pour relever le défi en face duquel se trouve l’humanité. L’eau se raréfie et on risque d’aboutir à un épuisement des ressources en eau douce. L’agriculture qui en consomme une grande proportion a des besoins grandissants. Ainsi elle rentre dans les prélèvements souterrains, ce qui est de nature à favoriser un épuisement progressif des nappes d’eau. La pollution constitue également un facteur qui engendre son lot de problèmes, conséquences de la consommation d’une eau de mauvaise qualité. On ne peut pas omettre de mentionner les changements climatiques qui ont aussi des effets sur l’eau.

La sensibilisation pour tous

Il peut sembler que le problème soit connu de tous, et cela peut être vrai. Mais certainement pas dans les détails, dans les explications qui peuvent réveiller sur l’urgence de trouver des solutions. C’est la raison pour laquelle la sensibilisation s’impose pour tous. Il faudra accentuer la communication autour du problème. Non seulement une communication entre les instances au cours de leurs rencontres de réflexion, mais une communication orientée directement vers les acteurs qui travaillent avec l’eau. Si ces derniers comprennent la nécessité de mener des actions pour préserver les ressources en eau, ils seront plus collaboratifs et engagés.

Des actions pour les utilisateurs domestiques

Même si la proportion consommée pour l’utilisation domestique ne représente qu’une infime partie de la consommation totale en eau, les ménages constituent une cible privilégiée à sensibiliser et à inciter à l’action, parce que les personnes qui travaillent dans l’agriculture comme dans l’industrie font d’abord partie d’un ménage. Si les personnes qui composent un ménage adhèrent déjà à une utilisation rationnelle de l’eau pour une consommation domestique, ils pourront facilement être disposés à aller plus loin, avec des actions qu’elles devront mettre en œuvre dans l’agriculture par exemple. Pour l’utilisation domestique, voici quelques actions à mener pour une utilisation optimale de l’eau :

Éviter le gaspillage d’eau

En adoptant quelques petits réflexes dans la vie courante, on peut éviter de gaspiller l’eau pour ceux qui ont un accès facile à cette ressource qui représente encore une aspiration pour d’autres populations. Ne pas laisser l’eau continuer de couler à travers le robinet alors qu’on fait la vaisselle constituerait un bon réflexe. L’eau du robinet est très importante pour notre consommation et nous devons en faire une bonne utilisation. Ne pas utiliser plus d’eau qu’on en a besoin pour la douche, faire attention à relever les fuites d’eau et les réparer, utiliser des appareils électroménagers économiques sont aussi des actions à mettre en place qui seront efficaces pour une meilleure gestion de l’eau.

Des sources alternatives d’eau

L’eau de pluie serait une bonne alternative pour une utilisation pour les tâches comme l’arrosage du jardin, la lessive, etc. Il s’agit des tâches qui ne nécessitent pas une eau potable. L’eau de pluie peut servir également pour le ménage. Récupérer l’eau de pluie permettra d’économiser sur l’utilisation de l’eau courante. Le tout se trouve dans une volonté d’utiliser de manière optimale l’eau que nous avons aujourd’hui.

Des actions pour l’utilisation agricole

L’agriculture qui arrive en première position en termes de consommation d’eau constitue un des grands domaines où il faut nécessairement optimiser l’utilisation de l’eau. Cela passe par une prise de conscience, mais aussi des actions concrètes.

Repenser l’irrigation

L’irrigation qui constitue le plus gros volet de consommation d’eau dans l’agriculture doit être repensée. De nouvelles techniques doivent émerger pour permettre une utilisation plus durable de l’eau. Car puisque l’irrigation utilise beaucoup d’eau, si dans l’avenir on fait face à une pénurie, l’agriculture en pâtira et c’est toute notre sécurité alimentaire qui est en danger. Il faudra que l’irrigation soit optimisée, efficiente, sans toutefois provoquer une baisse de la production.

L’utilisation des eaux usées

Elle constitue également une action qui peut permettre une meilleure utilisation de l’eau dans l’agriculture. Si elles sont traitées, elles peuvent constituer un atout à exploiter dans l’irrigation. Au lieu de les considérer comme des déchets, à travers une épuration des éléments qui peuvent être nocifs, ces eaux peuvent constituer un atout pour une gestion optimale de l’eau dans l’agriculture.

Des actions pour l’industrie

Les industries ont besoin d’eau dans la production. Elles ont donc intérêt, tout comme le secteur agricole, à veiller à une utilisation optimale de cette ressource pour pouvoir continuer de fonctionner. Mettre en place des actions pour réduire la consommation d’eau s’impose. Opter pour des technologies industrielles qui consomment moins d’eau est une action à mettre en place. En outre, il faudra éviter les gaspillages d’eau à travers des fuites. Les réglementations en matière de prélèvement d’eau pour les activités industrielles doivent être respectées.

La gestion intégrée des ressources en eau (GIRE)

La gestion intégrée des ressources en eau coupe avec une approche fragmentée des problèmes liés à l’eau. Elle prône une approche plus globale, une approche d’ensemble qui intègre les différents niveaux d’utilisation de l’eau. Si aucune mesure n’est prise dans l’agriculture pour remédier à l’exploitation massive des nappes à travers les prélèvements souterrains, cela aura un effet sur la consommation d’eau dans les ménages parce qu’on se retrouvera en pénurie d’eau. Et l’industrie aussi en pâtira. La GIRE prend en compte entre autres plusieurs axes qui se déclinent sur plusieurs plans :

  • Environnemental ;
  • Social ;
  • Économique.

Ce qu’il faut en retenir est qu’une stratégie plus globale permettrait sûrement des résultats plus probants, pour une meilleure utilisation des ressources en eau. On comprend également que des enjeux économiques, environnementaux et sociaux sont également impliqués. Une pénurie d’eau va paralyser l’agriculture et l’industrie avec des impacts sur l’économie. Des troubles dans les écosystèmes seront aussi de mise. Tout cela aura bien évidemment des conséquences sur la vie des hommes en société.

Préserver pour pérenniser

Nous avons la possibilité aujourd’hui d’éviter que les générations futures se retrouvent encore plus massivement dans une situation de pénurie d’eau comme cela est déjà le cas dans certaines régions du monde. Même si nous ne pouvons pas contrôler tout ce que l’avenir peut réserver, nous pouvons au moins faire notre part pour pérenniser l’accès à l’eau.

L’eau est une ressource à préserver. La vie de tous ceux qui vivent sur cette terre en dépend. Au-delà même des êtres humains, les animaux, les plantes, et l’écosystème en général ont besoin de cette ressource naturelle. Une gestion durable s’impose. L’utilisation optimale des ressources en eau passe autant par les actions individuelles que celle à plus grande échelle. Il y a urgence ! Même si notre génération en ressent déjà les effets çà et là, cela n’est rien comparé à ce à quoi les générations futures seront confrontées, si rien n’est fait.

Auteur du message: Etienne

Etienne
Très porté sur l'environnement et sur l'écologie, je souhaite sensibiliser les plus sceptiques à travers mes articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *